Charles- un jeune homme qui « conteste les idées préconçues »

#30yearsofInclusion – Inclusion Europe fête ses 30 ans en 2018! Pour marquer cette année, nous présenterons et célébrerons l’inclusion en Europe dans ses diverses formes et pratiques – et les personnes qui la soutiennent. Chaque mois, nous présenterons une personne qui a fait avancer le Mouvement d’Inclusion en Europe. Notre héros d’inclusion en juillet est Charles qui...

#30yearsofInclusion – Inclusion Europe fête ses 30 ans en 2018!

Pour marquer cette année, nous présenterons et célébrerons l’inclusion en Europe dans ses diverses formes et pratiques – et les personnes qui la soutiennent.

Chaque mois, nous présenterons une personne qui a fait avancer le Mouvement d’Inclusion en Europe.

Notre héros d’inclusion en juillet est Charles qui habite en France – il a aussi 30 ans!


Charles avec sa sœur, son frère et son beau-frère au mariage de sa sœur

 

Charles, 30 ans, est un jeune homme polyhandicapé. Il vit dans le nord de la France.

Hospitalisé dès les premiers jours de sa vie, Charles passe toute son enfance entre le domicile de ses parents et des accueils partiels en structures spécialisées. Il doit fréquemment retourner à l’hôpital, nécessitant des soins médicaux intensifs. Ça l’empêche de suivre une éducation régulière, ainsi que d’avoir une vie familiale et sociale. Pendant ces années, sa famille se bat aux côtés de Charles pour sa survie.

Peu à peu la vie prend le dessus. Soutenu par ses proches, ses éducateurs et le corps médical, Charles s’ouvre aux autres. Il commence à contester les idées préconçues de certains. Avec le soutien approprie, il apparait clairement qu’il est capable, par exemple, de faire savoir aux autres quels aliments il aime manger un jour donné ou ce qu’il veut faire.

Charles avec son beau-père et un ami de la famille

Aujourd’hui, Charles vit toujours chez ses parents. Il participe aux activités de la communauté autant que possible, avec le soutien de ses assistants et de sa famille. Charles va au restaurant avec ses frères et sœurs et ses amis : même s’il mange avec une sonde d’alimentation, il apprécie l’ambiance et parfois les saveurs. Charles se rend également à des fêtes. Les initiatives des organisations à but non lucratif permettent à Charles de passer certains week-ends loin de chez lui, dans des environnements adaptés à ses besoins. Pendant ces week-ends, il suit une thérapie par l’eau.

Charles a tissé des liens solides avec ses auxiliaires de vie. Avec leur soutien, il vit une vie aussi régulière que possible dans la communauté. Charles s’est autodéterminé et il rassemble les personnes qui lui sont solidaires.

Le regard des autres a changé au fil du temps car sa famille continue à l’inclure dans tous les aspects de la vie, les joies comme les moments difficiles. La vie de Charles est ouverte au monde extérieur, même si le manque d’accessibilité de l’environnement bâti reste un obstacle majeur.

Il reste beaucoup d’incertitudes quant à l’avenir de Charles. Que se passera-t-il si sa situation familiale change, de sorte que sa famille ne peut plus être en contact permanent avec ses auxiliaires de vie pour lui assurer le meilleur soutien ? Qui continuera à le soutenir pour qu’il reste un membre actif de la communauté, et comment la communauté pourra-t-elle continuer à profiter de sa présence ?

Pour le moment, Charles apprécie le présent – c’est l’essentiel.

 

Héros d’Inclusion

Notre héros d’inclusion en juin était Hendrik Jan Menninga, un « ambassadeur des Nations Unies » : 
“We make sure that the UN CRPD is not just a piece of paper”

Notre héros d’inclusion de mai était Sami Helle, un musicien, auto-représentant et politicien :
“I chose what felt good. You see: I love music!”

Notre héros d’inclusion d’avril était Gerhard Furtner, le directeur général d’une entreprise qui emploie des personnes ayant des troubles d’apprentissage :
“This type of inclusion should catch on everywhere in Europe”

Notre héroïne d’inclusion de mars était Dana Migaliova, mère d’un fils handicapé intellectuel et présidente de notre membre lituanien Viltis :
“Parents no longer have to hide their children”

Notre héroïne d’inclusion de février était l’actrice et musicienne irlandaise Aimée Richardson :
“More roles must be written for people with intellectual disabilities!”

Notre héroïne d’inclusion de janvier était l’auto-représentante Elisabeta Moldovan de Roumanie :
“I experienced a lot of abuse in institutions. I wanted to change this situation for others.”

 


Version fácile-à-lire

Cliquez sur un mot en gras pour lire ce que cela signifie.

 

« La vie de Charles, un jeune homme de France »

Inclusion Europe a 30 ans en 2018.

Nous célébrons cela d’une manière particulière:
nous regardons ce qui a été fait en Europe
pour inclure les gens.

Chaque mois, nous parlerons d’une personne
qui a travaillé pour l’inclusion en Europe.

Notre héros de l’inclusion de juillet est Charles.

Charles vit en France et a des besoins complexes de soutien.

Charles était souvent à l’hôpital
quand il était bébé.

Quand il était un enfant,
il passait du temps à la maison
et quelque temps dans des institutions spécialisées.

Mais Charles devait souvent rester dans les hôpitaux.

Cela lui a laissé très peu de temps
pour aller à l’école et voir sa famille ou des amis.

La famille de Charles a travaillé très dur
pour l’aider.

Petit à petit, il a commencé à aller mieux.

Charles a commencé à s’ouvrir aux autres.

Charles a montré aux gens ce qu’il pouvait faire avec le bon soutien.

Par exemple, il peut maintenant montrer ce qu’il aime manger.
Il peut aussi montrer ce qu’il veut faire.

Charles vit toujours chez ses parents.

Il aime participer à des activités où il peut rencontrer des gens.
Il est soutenu par son assistant et sa famille.

Charles sort souvent pour manger
avec sa famille et ses amis.

Il a besoin d’aide pour manger,
mais il aime l’odeur de la nourriture,
et il aime déjeuner ou dîner dans de nouveaux endroits.

Charles se rend également à des fêtes.
Il passe aussi quelques week-ends loin de chez lui
dans des lieux accessibles.

Quand il est loin de chez lui,
il fait de la thérapie par l’eau.
La thérapie par l’eau, c’est quand vous vous exercez
dans l’eau.

Charles s’entend bien avec ses assistants
qui l’aident dans sa vie.

Charles sait maintenant montrer ce qu’il veut.
Maintenant, les gens s’intéressent à lui et à sa vie.

Les gens autour de lui maintenant voient Charles autrement,
parce que sa famille le laisse vivre près d’autres personnes.

Charles veut plus souvent sortir de la maison,
mais c’est difficile parce qu’il y a
beaucoup d’endroits qui ne sont pas accessibles.

On ne sait pas ce qui va arriver à Charles dans le futur.

Par exemple, peut-être que sa famille déménagera.

Sans sa famille, personne ne peut dire aux assistants de Charles
ce dont il a besoin.

Il serait alors difficile de soutenir Charles
pour qu’il fasse partie de sa communauté.

Charles et sa famille ne savent pas ce qui se passera dans le futur.

Mais pour l’instant, Charles est heureux.

back-to-top